Jean-Marc Padovani [Sketches]

Sketches

[Sketches] - Jean-Marc Padovani« Le jazz a un répertoire : les standards. Ces standards, magnifiques prétextes à improvisation, ont été et continuent d’être ce qui permet aux musiciens de jouer ensemble sans préalable : un langage et un patrimoine communs. À New-York, les années soixante ont été particulièrement fécondes, en particulier celles comprises entre l’arrivée d’Eric Dolphy en 1956, et son décès prématuré en 1964. Durant ces huit années se sont formées les bases et les principaux courants qui allaient forger l’histoire du jazz moderne. Quelques grandes figures de cette époque m’ont en particulier profondément marqué : Charles Mingus, John Coltrane, Oliver Nelson, Ornette Coleman, Eric Dolphy bien sûr. Avec eux, une certaine idée du jazz et de la liberté dans le jazz va prendre corps. Mais avec eux persiste aussi un profond ancrage dans la tradition et dans les racines du jazz : le blues. Notre projet est de donner à entendre, à travers une série de compositions originales mais aussi de reprises, l’influence de ce creuset artistique particulièrement fécond sur les musiques actuelles, tenter, modestement, de redonner à ces “maîtres” leur actualité dans le paysage musical contemporain. »

Jean-Marc Padovani

J-M Padovani

Jean-Marc PADOVANIPadovani n’a que 19 ans lorsqu’il intègre ses premières formations : l’orchestre du Jazz Club de Nîmes, le quartet du pianiste Christian Lavigne ou le groupe Cossi Anatz. Fort d’une solide formation musicale classique et d’une connaissance du jazz acquise dans la classe de Guy Longnon au conservatoire de Marseille, il devient rapidement un musicien très sollicité.

En 1981 on le retrouve successivement au sein de l‘Europamerica de Jef Gilson ou aux côtés de Philippe Maté, André Jaume, Albert Mangelsdorf ou Jean-Louis Chautemps. Il oriente alors de plus en plus son travail vers l’écriture, composant pour le théâtre et le cinéma. En 1982 il fonde son premier groupe avec Claude Barthélémy, Manuel Denizet et Philippe Delettrez et enregistre son premier album Demain Matin sur lequel figurent également Henri Texier et Siegfried Kessler. Parmi les créations auxquelles il participe il convient de citer Le Coquaphone de Christian Lavigne avec Louis Sclavis et François Méchali, La Chute, d’après Albert Camus, spectacle de Claude Barthélémy avec Olivier Hutman, Michel Godard, Gérard Buquet, ou encore Mouvances spectacle pour bande magnétique et saxophone solo, élaboré par le Groupe de Musique Electroacoustique d’Albi. Dès lors Jean-Marc Padovani va enchaîner rencontres et collaborations, Mal Waldron en 1986 au Festival d’Avignon, Michel Godard en 1987 pour l’album Comedy. Il crée Tres Horas de Sol, dans le cadre du Festival Banlieues Bleues spectacle Flamenco Jazz qui sera enregistré en juin 1988.

En 1987, son nouveau septet intègre Louis Sclavis et Bobby Rangell. En 1989, il enregistre en quartet One for Pablo en compagnie de Hélène Labarrière, François Verly et Stéphane Kochoyan. Il crée ensuite une spectacle musical sur un texte d’Enzo Cormann : Le Rôdeur dans un format trio + récitant avec Enzo Cormann, Gérard Marais et Youval Micenmacher. En 1990, Enrico Rava participe à sa nouvelle création Passions Jazz dans un format en sextet capté live pour les besoins de l’album Nimeño. Toujours avec la complicité de Enzo Cormann il crée en 1991, pour Banlieues Bleues le « jazz-poem » Mingus, Cuernavaca qu’il enregistre l’année suivante pour Label Bleu. Il fonde la compagnie « La Grande Ritournelle » ensemble de création autour du théâtre musical. Il poursuit rencontre et confrontation avec de nombreux musiciens de la scène européenne comme notamment Phil Abraham, Patrick Faber ou Jean-Marie Machado, puis Franck Tortiller, Yves Rousseau et Jean-Claude Jouy en compagnie desquels il grave l’album Nocturne. A partir de 1994, on retrouve Jean-Marc Padovani au centre d’un grand nombre de projets artistiques : Le quatuor de saxophones L’échappée belle avec Richard Foy, Yvan Avice et Bruno Wilhelm – Vortex d’Enzo Cormann, mise en scène Christian Chessa, avec le Jean-Marc Padovani Quartet – Chassé croisé avec Marc Perrone, Michèle Rust, Enzo Cormann et le quartet jazz-flamenco de Jean-Baptiste Marino – Furia d’Enzo Cormann mis en scène par Jean-Claude Gal avec Gérard Siracusa – le quartet de Paul Motian avec Jean-Marie Machado et Jean-François Jenny Clarke – La Chair de la Virgule chorégraphie de Michèle Rust sur une musique originale du quatuor de saxophones - L’Echappée Belle – Chants de Federico Garcia Lorca interprétés par Carmen Linarès et arrangés pour le Minotaure Jazz Orchestra (10 cuivres + le batteur et percussionniste Ramon Lopez) – Réprouvés opéra sur un livret d’Enzo Cormann crée en 1997 à l’Opéra de Nantes. Suite à sa troisième tournée cambodgienne, il enregistre le disque Jazz Angkor avec Geoffroy de Masure (trombone), François Thuillier (tuba), Alain Bruel (accordéon) et Ramon Lopez (batterie). En 1998, création et tournée du quatuor L’Echappée belle avec David Liebman. En 1999, sortie du disque Chants du Monde avec Alain Bruel, Keyvan Chemirani et Jacob Maciuca rejoints parfois en concert par le pianiste Chano Dominguez et le guitariste N’guyen Le. Il enregistre avec Héléne Labarrière, Jean-Luc Capozzo et Ramon Lopez la musique du spectacle de Moise Touré, La révolte des anges sur un texte d’Enzo Cormann, puis fonde le tentet Le Sud attaque.

Au printemps 2000, il entame une collaboration avec l’Abbaye de Royaumont et son département des musiques orales et improvisées et c’est en Roumanie qu’il compose et répète un spectacle avec le quartet Chants du Monde et l’ensemble de musique traditionnelle Roumaine Dobrogea . En juillet 2000 Jean-Marc Padovani crée les Chants des millénaires pièce pour quintet de jazz et ensemble vocal commandée par l’ensemble vocal de Montpellier. Là encore, il multiplie les rencontres : Thierry Robin, François Laizeau et Francis Varis – le Minotaure Jazz Orchestra et Monica Passos autour des Chants de Lorca – Michel Marre et son spectacle Gavachs, avant d’entamer la tournée et l’enregistrement du quartet Chants du Monde avec plusieurs invités dont Jean-Marie Machado, Fredéric Monino, Bijan Chemirani, Thomas Bonal et Michel Marre.

En 2001 il écrit la musique de scène de la pièce d’Harold Pinter Le gardien mise en scène par Stuart Seide et celle du Chemin des Orangers de Pierre Dembat mise en scène par Jean-Claude Gal. On le retrouve enfin en compagnie de Daniel Casimir au trombone, Hélène Labarrière à la contrebasse et Ramon Lopez à la batterie sur le disque-livre Chorus by Jack Kerouac textes dits par Enzo Cormann. On retrouve l’infatigable et prolixe Padovani en 2002 à l’affiche du spectacle Encuentros avec Espéranza Fernandez au chant, Daniel Casimir au trombone, Frédéric Pouget à la clarinette, Sofian Negra au oud, Frédéric Monino à la basse et Ramon Lopez à la batterie. Paraît ensuite l’album De nulle part alors que s’enregistre l’Opéra de poche Diverses Blessures avec Enzo Cormann, récitant, Magali Dieux au chant, Gérard Pansanel à la guitare, Olivier Sens à la contrebasse et François Laizeau à la batterie. L’automne de cette même année voit la création en sextet de OUT , la musique d’Eric Dolphy avec Michel Marre à la trompette, Sébastien Texier à la clarinette et au saxophone alto, Franck Tortiller au vibraphone, Gérard Pansanel à la guitare, Olivier Sens à la contrebasse et Jacques Mahieux à la batterie. Le spectacle Tombeau de Jack Kerouac est créé au printemps 2003 avec Enzo Cormann et Jean Marie Machado dans une mise en scène de Michel Didym et l’album OUT Tribute to Eric Dolphy paraît en septembre.

C’est en novembre 2004, après l’enregistrement des albums Tombeau de Jack Kerouac et L’arrosoir et le mirliton que débute les répétitions et la création du nouveau spectacle Cantilènes né de la rencontre entre son nouveau quintet et trois chanteuses d’horizons différents Monica Passos (Brésil), Houria Aïchi (Algérie) et Maja Pavlovska (Macédoine).

Ses retrouvailles avec le guitariste et compositeur, Claude Barthélémy  mènent, à l’automne 2006,  à la création d’un nouveau quartet Distances avec Olivier Sens et Pierre Dayraud.

Parallèlement, il poursuit son travail autour de la voix  avec deux nouveaux spectacles , My  love songs et tout récemment Sketches avec la chanteuse Claudia Solal et son septet.

Début 2009, il  crée à Toulouse Liqaa subtil mélange de musique arabo-andalouse et de jazz avec Majid Bekkas , Ali Alaoui et le pianiste Philippe Léogé avec qui il s’associe en duo.

Jean-Marc Padovani entamera la saison 2009/2010 par une tournée au Canada où il sera notamment accompagné par le contrebassite John Geggie. Il enregistrera son dernier opus Sketches en octobre 2009 et entamera une collaboration avec l’ « Orquestra de Cambra de l’Emporda » dirigé par Carlos Coll et la chanteuse baroque Marie Cubaynes où il revisitera les Canciones de Lorca.

Crédits

Jean-Marc Padovani, saxophone ténor et soprano, compositions, arrangements

Avec:
Claudia Solal, voix
Bruno Wilhelm, saxophone alto
Paul Brousseau, clavier
David Chevallier, guitare, banjo
Frédéric Monino, basse
François Laizeau, batterie

Avec le concours du Fond pour la Création Musicale (F.C.M.) et de l’Administration des Droits des Artistes et Musiciens Interprètes (A.D.A.M.I.)

Label Pype line
Distribution Absilone (Socadisc)
Sortie en novembre 2010

Les commentaires sont fermés.